• La tête hors de l'eau

    Certains événements, vécus il y a parfois très longtemps, restent fichés en nous, dictant à notre insu nos réactions et comportements dans la vie présente. Ces « voleurs de bien-être », selon l’expression de Gary CRAIG, peuvent être facilement traités avec l’EFT. Ce que montre clairement le témoignage que Stéphane m'adresse.

     

    Bonjour Johanne,

     Quelques mois après notre dernier entretien, je me sens bien mieux et ça y est, ma vie est en mouvement (site internet commencé, voyage au Japon, plus de confiance en moi dans ma relation avec les autres...et notamment les femmes). Je me sens comblé, comme "rempli", et cela me permet d'envisager de nouveaux projets, de penser plus aux autres. Bref, l'impression d'être de nouveau aux commandes. Même si je fais pas mal d'erreurs, c'est vrai et c'est normal, j'ai moins peur de l'échec, donc je me lance. Je suis libre pour avancer !

    Dans la continuité de mes visites, je lis et applique au mieux "les quatre accords toltèques". Pour les cérébraux (mentalistes), ce livre propose un cap bien identifiable et nous aide à moins perdre d'énergie en nous éparpillant.

    Je vous avais promis un petit mot sur notre expérience ensemble, le voici donc:

     "J'ai vraiment été surpris lors d'une séance d'EFT avec Johanne. Contrarié d'avoir raté un examen de natation, je lui expliquai m'être aperçu qu'en fait, j'avais tout bonnement peur de mettre la tête sous l'eau. Comme si l'eau allait avec toute sa pression infiltrer mon nez et entrer dans mes poumons. Sensation mise depuis longtemps "au placard" car évitant la piscine par "désintérêt", disais-je.

    Après avoir évoqué le fait que j'avais failli me noyer vers l'âge de 10 ans, nous avons revisité ensemble, grâce à l'EFT, ce moment pas forcément facile à se remettre en tête.

    Pour faire simple, Johanne m’a proposé de retrouver ce qui me dérangeait en y repensant et pendant que je tapotais m'a fait revivre au ralenti toutes ces sensations qui avaient duré tout au plus quelques secondes à l'époque. Bras qui se lève pour demander de l'aide, corps lourd et chaud qui tombe au fond de l'eau...Depuis le moment où je vais entrer dans l'eau jusqu'à la noyade, j'ai tout intensément ressenti comme si le corps avait mémorisé tout ce que j'avais voulu oublier : stress, tremblotements au ventre, dents qui claquent, panique, manque d'air, puis finalement abandon...

    On est repassé sur ces moments autant de fois qu'il le fallait pour que je puisse en parler sans émotion "négative".

    Et j'ai pu retourner 3 semaines plus tard à la piscine, curieux de repasser le concours, non pas parce que j'étais meilleur, mais parce que je ne me sentais plus oppressé dans l'eau et que je me sentais capable de respirer. Merci"

    Stéphane


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :