• Toujours en retard

    Nous avons toujours en nous la clé pour déjouer nos problèmes. Le témoignage de Marie-José ci-après montre la facilité avec laquelle le ZENSIGHT nous livre les liens secrets que détient notre subconscient

     
    Bonjour à vous qui lisez mon témoignage.

    Voilà, ça s’est passé pendant la formation de Zensight en novembre 2016. J’étais arrivée très très en retard le 1er jour. J’ai tout de suite expliqué que j’avais un problème avec le temps, que j’étais toujours en retard, et là j’avais certainement battu les records !!! Encore toutes mes excuses, Johanne et Sara, de vous avoir fait attendre aussi longtemps !

    Quand nous abordons « Guérir une relation » avec quelque chose, Johanne nous demande de choisir une difficulté que nous aurions et comme je ne trouve pas, elle me propose de guérir ma relation avec le temps. Mon problème ! La bonne idée que voilà !!!


    C’est Sara, venue se former avec moi, qui lit le protocole, que nous découvrons. Dès la deuxième phrase qui dit « Je guéris dans toutes les différentes parties de moi-même toutes mes façons de croire que je pourrais être en danger si je me défais de ce souci », le mot danger me fait réagir. Comme une alerte. Puis nous continuons sans que j’y attache de l’importance.


    A mi-protocole, tout à coup, s’est imposé « 10 heures »; et je me suis retrouvée à l’instant de la mort de ma mère, 30 ans plus tôt. Une envie de pleurer, comme un concentré de pleurs, voulait sortir de moi. J’étais vraiment dans un instant qui était figé. J’étais dans la salle à manger, ma mère était en train de mourir dans la chambre voisine et il était 10h.


    Bien sur nous avons continué, Johanne a géré la situation (*cf. note de Johanne ci-dessous).


    Ce que je retiens c’est l’importance de ne pas fermer les yeux quand une forte émotion remonte. Je peux dire que cette expérience m’a permis de libérer ces larmes que je n’avais pas versées à ce moment-là, je ne devais pas m’effondrer pour soutenir mon père et ma grand-mère.


    Il est évident que la personne qui lit le protocole n’a pas besoin d’avoir une grande expérience pour que la méthode montre son efficacité (** cf. note de Johanne ci-dessous). Mais la formation nous a montré comment le praticien peut avoir à intervenir.

     
    Une semaine après, j’ai une certaine tendresse pour mon « problème avec le temps ». Je sens maintenant que c’est moi qui gère ce temps de manière responsable et je me sens calme.


    D’une manière plus générale, ce qui me vient peu à peu à la conscience c’est que mes blocages, peurs, etc … sont distincts de moi, comme mes émotions et mes pensées. J’aime ce sentiment qui germe en moi, on doit pouvoir aller bien loin avec ça !

     

                                                             Marie-José

     

    * Il s’agissait d’une abréaction qui te ramenait brusquement dans cet instant de ton histoire. Tu as vu comme tu as pu très vite t’apaiser en utilisant ton signal de traitement, ce que je t’ai proposé aussitôt, plusieurs fois avant de rajouter quelques affirmations pour « guérir  toutes les émotions de n’importe quelle sorte ancrées n’importe où dans (ton) corps ou (ton) esprit et contraire à (ta) parfaite tranquillité ici et maintenant ». Car seul le présent existe et c’est là qu’il faut revenir s’ancrer.

     

    **En l’occurrence, cette expérience a été l’occasion de montrer clairement qu’un praticien n’est pas qu’un lecteur de protocole. Un protocole n’est qu’un canevas (j’insiste) et le praticien ne s’en tient pas aux seules phrases d’un déroulé pré-établi. A tout moment, il peut intervenir pour apaiser les difficultés qui émergent, si besoin est.  C’était une belle occasion de le faire apparaître.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :